Textes Code Sécurité Sociale

  Pension de réversion

 

CODE DE LA SECURITE SOCIALE

(Partie Législative)

 

Chapitre 3 : Ouverture du droit, liquidation et calcul des pensions de réversion

 

Article L353-1

 (Loi nº 2003-775 du 21 août 2003 art. 31 I Journal Officiel du 22 août 2003)

 En cas de décès de l'assuré, son conjoint survivant a droit à une pension de réversion si ses ressources personnelles ou celles du ménage n'excèdent pas des plafonds fixés par décret.

 La pension de réversion est égale à un pourcentage fixé par décret de la pension principale ou rente dont bénéficiait ou eût bénéficié l'assuré, sans pouvoir être inférieure à un montant minimum fixé par décret en tenant compte de la durée d'assurance lorsque celle-ci est inférieure à la durée déterminée par ce décret.

 Elle est majorée lorsque le bénéficiaire remplit les conditions fixées à l'article L. 351-12. Cette majoration ne peut être inférieure à un pourcentage du montant minimum de la pension de réversion.

 Lorsque son montant majoré des ressources mentionnées au premier alinéa excède les plafonds prévus, la pension de réversion est réduite à due concurrence du dépassement.

 NOTA : Loi 2003-775 2003-08-21 art. 31 V : Ces dispositions sont applicables à compter du 1er juillet 2004 sous les réserves ci-après :

 1º Les personnes bénéficiant, à cette date, de l'allocation instituée à l'article L. 356-1 (non trouvé) du code de la sécurité sociale continuent de la percevoir, dans des conditions fixées par décret ;

 2º La condition de ressources instituée par le I du présent article n'est opposable aux personnes titulaires d'une pension de réversion lors de son entrée en vigueur qu'en cas d'attribution d'un autre avantage personnel de vieillesse ou d'invalidité ;

 3º Les conditions de suppression progressive de la condition d'âge prévue par le premier alinéa de l'article L. 353-1 du même code sont déterminées par décret ; les personnes qui ne remplissent pas cette condition d'âge peuvent bénéficier de l'assurance veuvage dans les conditions en vigueur à la date de publication de la présente loi ;

 4º Les allocations veuvage versées en application du 1º et du 3º sont à la charge de l'assurance vieillesse.

   

Article L353-2

 Lorsqu'un assuré, titulaire d'une pension ou d'une rente de vieillesse du régime général de sécurité sociale, a disparu de son domicile et que plus d'un an s'est écoulé sans qu'il ait réclamé les arrérages de cette prestation, son conjoint peut obtenir, à titre provisoire, la liquidation des droits qui lui auraient été reconnus en cas de décès de l'assuré.

 Lorsqu'un assuré, non encore titulaire d'une pension ou d'une rente de vieillesse, a disparu de son domicile depuis plus d'un an, son conjoint peut également obtenir, à titre provisoire, la liquidation des droits qui lui auraient été reconnus en cas de décès de l'assuré.

 La liquidation provisoire des droits du conjoint devient définitive lorsque le décès est officiellement établi ou lorsque l'absence a été déclarée par jugement passé en force de chose jugée.

 *NOTA : Code de la sécurité sociale L643-10 (non trouvé) : Dispositions applicables à l'assurance vieillesse des professions libérales, L811-12 : ainsi qu'aux conjoints des titulaires de l'AVTS.*

  

Article L353-3

 (Loi nº 2003-775 du 21 août 2003 art. 31 II Journal Officiel du 22 août 2003)

 Le conjoint divorcé est assimilé à un conjoint survivant pour l'application de l'article L. 353-1.

 Lorsque l'assuré est remarié, la pension de réversion à laquelle il est susceptible d'ouvrir droit à son décès, au titre de l'article L. 353-1, est partagée entre son conjoint survivant et le ou les précédents conjoints divorcés au prorata de la durée respective de chaque mariage. Ce partage est opéré lors de la liquidation des droits du premier d'entre eux qui en fait la demande.

 Lorsque le bénéficiaire remplit les conditions fixées à l'article L. 351-12, sa part de pension est majorée.

 Au décès de l'un des bénéficiaires, sa part accroîtra la part de l'autre ou, s'il y a lieu, des autres.

 NOTA : Loi 2003-775 2003-08-21 art. 31 V : Les dispositions des I à IV sont applicables à compter du 1er juillet 2004 sous les réserves ci-après :

 1º Les personnes bénéficiant, à cette date, de l'allocation instituée à l'article L. 356-1 (non trouvé) du code de la sécurité sociale continuent de la percevoir, dans des conditions fixées par décret ;

 2º La condition de ressources instituée par le I du présent article n'est opposable aux personnes titulaires d'une pension de réversion lors de son entrée en vigueur qu'en cas d'attribution d'un autre avantage personnel de vieillesse ou d'invalidité ;

 3º Les conditions de suppression progressive de la condition d'âge prévue par le premier alinéa de l'article L. 353-1 du même code sont déterminées par décret ; les personnes qui ne remplissent pas cette condition d'âge peuvent bénéficier de l'assurance veuvage dans les conditions en vigueur à la date de publication de la présente loi ;

 4º Les allocations veuvage versées en application du 1º et du 3º sont à la charge de l'assurance vieillesse.

  

Article L353-4

 (inséré par Loi nº 87-39 du 27 janvier 1987 art. 3 I Journal Officiel du 28 janvier 1987)

 Toute pension de réversion dont le bénéfice a été sollicité auprès du régime général de sécurité sociale peut faire l'objet d'une avance financée sur les fonds d'action sanitaire et sociale, remboursée par les fonds des prestations légales, dans la limite des droits établis dans ce régime.

  

Article L353-5

 (Loi nº 88-16 du 5 janvier 1988 art. 7 I Journal Officiel du 6 janvier en vigueur le 1er janvier 1988)

 (Loi nº 90-86 du 23 janvier 1990 art. 15 I Journal Officiel du 25 janvier 1990)

 (Loi nº 2003-775 du 21 août 2003 art. 31 III Journal Officiel du 22 août 2003)

 Le conjoint survivant qui n'est pas titulaire d'un avantage personnel de vieillesse d'un régime de base obligatoire et qui satisfait à une condition d'âge a droit à une majoration forfaitaire de sa pension de réversion pour chaque enfant dont il a la charge au sens de l'article L. 313-3 et qui n'a pas atteint un âge déterminé.

 Cette majoration n'est pas due lorsque le conjoint survivant bénéficie ou est susceptible de bénéficier de prestations pour charge d'enfant du chef du décès de l'assuré dans le régime obligatoire d'assurance vieillesse de base dont celui-ci relevait.

 Elle est revalorisée suivant les modalités prévues par l'article L. 351-11.

 Le bénéfice de cette majoration est supprimé lorsque l'une des conditions mentionnées au premier alinéa cesse d'être remplie, à l'exception de la condition d'âge exigée du titulaire.

 Les dispositions du présent article s'appliquent également aux conjoints mentionnés aux articles L. 353-2 et L. 353-3.

 NOTA : Loi 2003-775 2003-08-21 art. 31 V : Ces dispositions sont applicables à compter du 1er juillet 2004 sous les réserves ci-après :

 1º Les personnes bénéficiant, à cette date, de l'allocation instituée à l'article L. 356-1 (non trouvé) du code de la sécurité sociale continuent de la percevoir, dans des conditions fixées par décret ;

 2º La condition de ressources instituée par le I du présent article n'est opposable aux personnes titulaires d'une pension de réversion lors de son entrée en vigueur qu'en cas d'attribution d'un autre avantage personnel de vieillesse ou d'invalidité ;

 3º Les conditions de suppression progressive de la condition d'âge prévue par le premier alinéa de l'article L. 353-1 du même code sont déterminées par décret ; les personnes qui ne remplissent pas cette condition d'âge peuvent bénéficier de l'assurance veuvage dans les conditions en vigueur à la date de publication de la présente loi ;

 4º Les allocations veuvage versées en application du 1º et du 3º sont à la charge de l'assurance vieillesse.

 -*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-

 CODE DE LA SECURITE SOCIALE

 (Partie Réglementaire - Décrets en Conseil d'Etat)

 Chapitre 3 : Ouverture du droit, liquidation et calcul des pensions de réversion

 

Article R353-1

 (Décret nº 90-1061 du 26 novembre 1990 art. 3 Journal Officiel du 30 novembre 1990)

 (Décret nº 2004-857 du 24 août 2004 art. 3 I Journal Officiel du 25 août 2004)

 Les ressources mentionnées au premier alinéa de l'article L. 353-1 sont appréciées dans les conditions fixées par les articles R. 815-25 à R. 815-28 et au deuxième alinéa de l'article R. 815-32 ; toutefois, elles ne comprennent pas les revenus d'activité et de remplacement de l'assuré décédé.

 Les ressources à prendre en compte lors de la demande sont celles afférentes aux trois mois civils précédant la date d'effet de la pension de réversion. Lorsqu'elles excèdent le quart du plafond applicable en vertu du premier alinéa de l'article L. 353-1, il leur est substitué celles afférentes aux douze mois civils précédant cette date, qui sont alors comparées au montant annuel de ce plafond.

  

Article R353-1-1

 (inséré par Décret nº 2004-857 du 24 août 2004 art. 3 II Journal Officiel du 25 août 2004)

 Les dispositions des articles R. 815-22, R. 815-23, R. 815-24, R. 815-40 et R. 815-41 sont applicables aux pensions de réversion servies en vertu des articles L. 353-1 et suivants.

  

Article R353-2

 La majoration prévue aux articles L. 353-1 et L. 353-3 est égale à 10 p. 100 de la pension.

 La majoration prévue à l'article L. 353-1 ne peut être inférieure au dixième du montant minimum de la pension de réversion.

 *Nota - Code de la sécurité sociale D 634-5 : dispositions applicables à l'assurance vieillesse des professions artisanales, industrielles et commerciales.*

 

Article R353-3

 (Décret nº 2004-857 du 24 août 2004 art. 4 I Journal Officiel du 25 août 2004)

 Pour déterminer le montant de la pension principale servant de base au calcul de la pension de réversion, dans le cas où l'assuré n'était pas titulaire d'une pension de vieillesse ou d'une rente à la date de son décès, il est fait application des dispositions applicables aux personnes atteignant leur soixantième anniversaire l'année au cours de laquelle l'assuré est décédé.

 Par dérogation aux dispositions de l'alinéa précédent, pour les assurés nés à partir du 1er janvier 1934 et pour les pensions de réversion liquidées au 1er janvier 2008, premier jour du mois suivant celui au cours duquel l'assuré est décédé, le nombre d'années mentionné aux articles R. 351-29 et R. 753-24 demeure fixé à vingt-quatre et la durée maximum d'assurance demeure fixée à cent cinquante-huit trimestres.

  

Article R353-4

 (Décret nº 2004-857 du 24 août 2004 art. 5 I II III Journal Officiel du 25 août 2004)

 Pour l'application du deuxième alinéa de l'article L. 353-3, la durée de chaque mariage est déterminée de date à date et arrondie au nombre de mois inférieur.

 Lorsque le conjoint survivant et le ou les précédents conjoints divorcés ne réunissent pas tous à la même date les conditions d'attribution de la pension de réversion fixées par l'article R. 353-1, les parts de pension de réversion qui leur sont respectivement dues sont déterminées lors de la liquidation des droits du premier d'entre eux qui en fait la demande ; ces parts de pensions de réversion sont ensuite liquidées au fur et à mesure que les intéressés justifient qu'ils réunissent les conditions susrappelées.

 Si, après plusieurs divorces, l'assuré décède sans laisser de conjoint survivant, la pension de réversion doit être partagée, dans les conditions susrappelées, entre ses précédents conjoints divorcés.

 Au décès du conjoint survivant ou d'un conjoint divorcé, sa part accroîtra la part de l'autre ou, s'il y a lieu, des autres, à compter du premier jour du mois suivant le décès .

  

Article R353-6

 Lorsque le pensionné ou le titulaire de droits à une pension décède antérieurement à son soixante-cinquième anniversaire , la pension de réversion du conjoint survivant ou du conjoint divorcé est calculée en fonction du montant de la pension qui aurait été allouée au de cujus au titre de l'inaptitude au travail.

  

Article R353-7

 (Décret nº 86-130 du 28 janvier 1986 art. 7 Journal Officiel du 29 janvier 1986 en vigueur le 1er décembre 1986)

 (Décret nº 2004-857 du 24 août 2004 art. 7 Journal Officiel du 25 août 2004)

 La date d'entrée en jouissance de la pension mentionnée aux articles L. 353-1, L. 353-2 et L. 353-3 est fixée :

 1º Au premier jour du mois suivant celui au cours duquel l'assuré est décédé si la demande est déposée dans le délai d'un an suivant le décès ;

 2º Au premier jour du mois suivant celui au cours duquel l'assuré a disparu si la demande est déposée dans le délai d'un an suivant la période de douze mois écoulée depuis la disparition ;

 3º Au premier jour du mois suivant la date de réception de la demande si celle-ci est déposée après l'expiration du délai d'un an mentionné aux 1º et 2º ci-dessus.

   

Article R353-8

 Le délai d'un an prévu par l'article L. 353-2 en cas de disparition court à dater soit de la première échéance non acquittée lorsque le disparu était titulaire d'une pension, soit, dans le cas contraire, du jour de la déclaration de la disparition aux autorités de police .

 La demande de pension formée par le conjoint est appuyée de procès-verbaux de police et autres pièces relatant les circonstances de la disparition.

 En cas de réapparition de l'assuré, la pension liquidée à titre provisoire au profit de son conjoint par application de l'article L. 353-2 est annulée à compter de son entrée en jouissance et les arrérages perçus doivent être reversés à la caisse, sous réserve de l'application de l'article L. 355-3.

  

Article R353-9

 (Décret nº 88-679 du 6 mai 1988 art. 1 Journal Officiel du 8 mai 1988)

 (Décret nº 90-1061 du 26 novembre 1990 art. 4 Journal Officiel du 30 novembre 1990)

 Pour bénéficier de la majoration de la pension de réversion instituée par l'article L. 353-5, le conjoint au sens des articles L. 353-1 à L. 353-3 doit être âgé de moins de soixante-cinq ans .

 L'âge limite de l'enfant à charge est celui qui résulte de l'application des dispositions de l'article R. 313-12.

  

Article R353-10

 (inséré par Décret nº 88-679 du 6 mai 1988 art. 1 Journal Officiel du 8 mai 1988)

 La majoration est due à la date d'entrée en jouissance de la pension de réversion si, à cette date, les conditions d'ouverture du droit à cette majoration sont remplies ou à compter du premier jour du mois suivant la date à laquelle ces conditions sont satisfaites .

 La majoration est supprimée le premier jour du mois suivant celui au cours duquel l'assuré cesse d'y avoir droit .

 Les intéressés sont tenus de faire connaître les changements intervenus dans leur situation de famille.

  

Article R353-11

 (inséré par Décret nº 88-679 du 6 mai 1988 art. 1 Journal Officiel du 8 mai 1988)

 Le montant mensuel de la majoration de pension de réversion instituée par l'article L. 353-5 est fixé à 400 F au 1er janvier 1988 ; les coefficients de revalorisation mentionnés au 2º de l'article L. 351-11 lui sont applicables.

 

-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-

 CODE DE LA SECURITE SOCIALE

 (Partie Réglementaire - Décrets en Conseil d'Etat)

 Chapitre 4 : Modalités de la demande de pension de réversion

 

Article R354-1

 (Décret nº 90-1061 du 26 novembre 1990 art. 5 Journal Officiel du 30 novembre 1990)

 (Décret nº 97-1001 du 27 octobre 1997 art. 3 Journal Officiel du 1er novembre 1997)

 (Décret nº 98-1025 du 12 novembre 1998 art. 1 3º Journal Officiel du 14 novembre 1998)

 (Décret nº 2001-532 du 20 juin 2001 art. 44 Journal Officiel du 22 juin 2001)

 Les personnes qui sollicitent le bénéfice des avantages de réversion prévus aux articles L. 353-1 et L. 353-2 adressent à la caisse ou à l'une des caisses ayant liquidé les droits à pension du de cujus la demande mentionnée à l'article R. 173-4-1. Lorsque les droits n'ont pas été liquidés, la demande est adressée à la caisse compétente dans le ressort de laquelle se trouve la résidence de la personne intéressée, cette caisse étant celle du régime de son choix si le de cujus avait relevé de plusieurs régimes. En cas de résidence à l'étranger ou pour l'application du deuxième alinéa de l'article L. 353-3, l'organisme compétent est celui qui a reçu les derniers versements du de cujus ou qui a liquidé ses droits.

 La caisse régionale d'assurance vieillesse de Strasbourg a compétence exclusive pour recevoir la demande, procéder à l'étude et à la liquidation des droits et servir ces avantages, lorsque le bénéficiaire ou, en cas de partage de ces avantages en application de l'article L. 353-3, l'un des bénéficiaires réside dans les départements du Haut-Rhin, du Bas-Rhin ou de la Moselle ou lorsque, résidant hors de ces départements, le bénéficiaire ou l'un des bénéficiaires relève du régime local d'assurance maladie en application des 9º et 10º du II de l'article L. 325-1. Elle est également compétente pour recevoir les demandes tendant à l'attribution des pensions prévues aux articles L. 357-9 et L. 357-10.

 Le conjoint survivant et le conjoint divorcé doivent obligatoirement joindre à cette demande la copie de l'acte de naissance de l'assuré.

 Lorsque la demande est formée au titre de l'inaptitude au travail, les documents prévus à l'article R. 351-22 doivent y être joints.

 Il est donné au requérant récépissé de sa demande et des pièces qui l'accompagnent.

 Le silence gardé pendant plus de quatre mois sur la demande de liquidation ou de révision d'une pension de réversion et de ses accessoires vaut décision de rejet.

 *Nota - Décret 90-1061 du 26 novembre 1990 art. 9 : champ d'application des modifications prévues par les articles 2 et 5 du décret 90-1061.*

 -*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-

 

CODE DE LA SECURITE SOCIALE

 (Partie Réglementaire - Décrets en Conseil d'Etat)

 Chapitre 5 : Dispositions communes avec l'invalidité

  

Article R355-1

 

(Décret nº 86-130 du 28 janvier 1986 art. 8 Journal Officiel du 29 janvier 1986 en vigueur le 1er décembre 1986)

 

L'âge avant lequel les conditions d'attribution de la majoration pour tierce personne doivent être remplies, conformément aux dispositions de l'article L. 355-1, est fixé à soixante-cinq ans.

 La majoration pour aide constante d'une tierce personne prévue à l'article L. 355-1 est accordée pour son montant intégral si les conditions d'attribution sont remplies, quelle que soit la durée d'assurance accomplie par l'assuré.

 Cette majoration est due à la date d'entrée en jouissance de la pension si, à cette date, les conditions d'attribution sont remplies . Dans le cas contraire, elle est due à compter du premier jour du mois suivant la date de réception de la demande de majoration, dès lors que ces conditions sont remplies.

   

Article R355-2

 (Décret nº 86-130 du 28 janvier 1986 art. 9 Journal Officiel du 29 janvier 1986)

 Les pensions et rentes prévues au titre IV et aux chapitres Ier à IV du titre V du présent livre ainsi que leurs majorations et accessoires sont payables mensuellement et à terme échu aux dates fixées par un arrêté du ministre chargé de la sécurité sociale.

 *Nota - Code de la sécurité sociale R623-1 : dispositions applicables à l'assurance maladie et maternité des non-salariés non-agricoles.

 Décret 86-130 du 28 janvier 1986 art. 12 : date d'application.*

  

Article R355-3

 Les assurés en instance de liquidation de pension peuvent demander à la caisse primaire ou régionale d'assurance maladie ou à la caisse régionale d'assurance vieillesse de Strasbourg, suivant le cas, le versement d'acomptes sur leurs arrérages.

 Un arrêté du ministre chargé de la sécurité sociale et du ministre chargé du budget fixe les conditions d'attribution et de paiement des acomptes.

 *Nota - Code de la sécurité sociale R355-6 : dispositions applicables aux pensions de veuves et de veufs et aux pensions de réversion.*

  

Article R355-4

 La caisse primaire ou régionale d'assurance maladie ou la caisse régionale d'assurance vieillesse des travailleurs salariés de Strasbourg, suivant le cas, notifie à l'intéressé sa décision portant soit attribution d'une pension ou rente, soit droit au versement forfaitaire prévu à l'article L. 351-9.

 Le décret prévu à l'article L. 256-2 (non trouvé) fixe les conditions de délivrance de l'extrait d'inscription, les modalités de paiement des arrérages ainsi ue les règles applicables en matière d'opposition.

 Il indique également les conditions dans lesquelles est effectué le paiement aux ayants droit de l'assuré des arrérages des pensions ou rentes afférents à la période antérieure à la date du décès de ce dernier.

 Les caisses débitrices peuvent opérer d'office et sans formalité les retenues sur les arrérages des pensions, rentes et avantages accessoires pour le recouvrement des sommes payées indûment aux titulaires. Les sommes retenues ne peuvent excéder la fraction saisissable, telle qu'elle résulte de l'application de l'article L355-2.

 *Nota - Code de la sécurité sociale R355-6 : dispositions applicables aux pensions de veuves et de veufs et aux pensions de réversion.*

  

Article R355-5

 Il est tenu, par les caisses primaires ou régionales d'assurance maladie et par la caisse régionale d'assurance vieillesse de Strasbourg, un registre sur lequel sont inscrites les pensions et rentes liquidées.

 *Nota - Code de la sécurité sociale R355-6 : dispositions applicables aux pensions de veuves et de veufs et aux pensions de réversion.*

   

Article R355-6

 Les dispositions des articles R. 355-3 à R. 355-5 sont applicables en ce qui concerne les pensions de veuves et de veufs et les pensions de réversion.

 -*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-

   

CODE DE LA SECURITE SOCIALE

 (Partie Réglementaire - Décrets simples)

 Chapitre 3 : Ouverture du droit, liquidation et calcul des pensions de réversion

  

Article D353-1

 (Décret nº 94-1140 du 27 décembre 1994 art. 1 Journal Officiel du 28 décembre 1994 en vigueur le 1er janvier 1995)

 (Décret nº 2004-858 du 24 août 2004 art. 5 Journal Officiel du 25 août 2004)

 La pension de réversion prévue aux articles L. 353-1, L. 353-2 et L. 353-3 est égale à 54 p. 100 de la pension principale ou rente dont bénéficiait ou eût bénéficié l'assuré.

 Elle ne peut être inférieure au montant minimum de base prévu au deuxième alinéa de l'article L. 353-1 susmentionné lorsqu'elle correspond à une durée d'assurance d'au moins quinze années (soit soixante trimestres) accomplies dans le régime général. Lorsque cette durée est inférieure à quinze années, le montant minimum de base est réduit à autant de soixantièmes que l'assuré justifiait de trimestres d'assurance. Ce montant minimum de base est revalorisé aux mêmes dates et dans les mêmes conditions que celles prévues pour les pensions de vieillesse de base par l'article L.161-23-1.

 Lorsqu'un assuré a relevé de deux ou plusieurs des régimes d'assurance vieillesse visés aux articles L 200-2 et L 621-3, ainsi qu'à l'article L722-20 du code rural, et que le total des périodes d'assurance qu'il a accomplies dans ces régimes représente plus de soixante trimestres, chacun d'eux retient, le cas échéant, le montant du minimum de base au prorata de la durée d'assurance accomplie en son sein sur le total des durées d'assurance accomplies dans ces régimes.

  

Article D353-1-1

 (inséré par Décret nº 2004-858 du 24 août 2004 art. 6 Journal Officiel du 25 août 2004)

 Le plafond annuel de ressources personnelles prévu au premier alinéa de l'article L. 353-1 est fixé à 2 080 fois le montant horaire du salaire minimum de croissance en vigueur au 1er janvier.

 Le plafond annuel de ressources du ménage prévu au même alinéa du même article est fixé à 1,6 fois le plafond fixé à l'alinéa ci-dessus.

  

Article D353-2

 (Décret nº 88-680 du 6 mai 1988 art. 2 Journal Officiel du 8 mai 1988)

 (Décret nº 2004-858 du 24 août 2004 art. 7 Journal Officiel du 25 août 2004)

 Lorsque la pension de réversion est réduite en application du quatrième alinéa de l'article L. 353-1, la majoration prévue à l'article L. 353-5 l'est dans les mêmes proportions.

 

 -*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-

 -*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-

   

CODE DE LA SECURITE SOCIALE

(Partie Législative)

Sous-section 4 : Assurance vieillesse

Paragraphe 4 : Pensions de réversion

 

Article L161-23

Lorsqu'un conjoint survivant ou divorcé remarié n'est susceptible de bénéficier d'aucun droit à pension de réversion du chef de son dernier conjoint, il recouvre le droit à pension de réversion du chef d'un précédent conjoint dont l'a privé son remariage, à condition que ce droit ne soit pas ouvert au profit d'un autre ayant cause.

Les dispositions ci-dessus sont applicables aux pensions de réversion prenant effet postérieurement au 14 juillet 1982.

*Nota - Code de la sécurité sociale L357-12 : dispositions applicables dans les départements du Haut-Rhin, du Bas-Rhin et de la Moselle.*

 

Paragraphe 5 : Revalorisation des pensions de vieillesse

 

Article L161-23-1

(inséré par Loi nº 2003-775 du 21 août 2003 art. 27 I Journal Officiel du 22 août 2003 en vigueur le 1er janvier 2004)

Le coefficient annuel de revalorisation des pensions de vieillesse servies par le régime général et les régimes alignés sur lui est fixé par arrêté du ministre chargé de la sécurité sociale, conformément à l'évolution prévisionnelle des prix à la consommation hors tabac prévue dans le rapport économique, social et financier annexé à la loi de finances pour l'année considérée.

Si l'évolution constatée des prix à la consommation hors tabac, mentionnée dans le rapport économique, social et financier annexé à la loi de finances pour l'année suivante, est différente de celle qui avait été initialement prévue, il est procédé, dans des conditions fixées par voie réglementaire, à un ajustement destiné à assurer, pour ladite année suivante, une revalorisation conforme à ce constat.

Par dérogation aux dispositions du premier alinéa et sur proposition d'une conférence présidée par le ministre chargé de la sécurité sociale et réunissant les organisations syndicales et professionnelles représentatives au plan national, dont les modalités d'organisation sont fixées par décret, une correction au taux de revalorisation de l'année suivante peut être proposée au Parlement dans le cadre du plus prochain projet de loi de financement de la sécurité sociale.

 

-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-

 

CODE DE LA SECURITE SOCIALE

(Partie Législative)

 

Livre 2 : Organisation du régime général, action de prévention, action sanitaire et sociale des caisses

  

Article L200-2

(Loi nº 94-637 du 25 juillet 1994 art. 1 I Journal Officiel du 27 juillet 1994)

(Loi nº 2001-1246 du 21 décembre 2001 art. 75 I Journal Officiel du 26 décembre 2001)

Le régime général comprend quatre branches :

1º Maladie, maternité, invalidité et décès ;

2º Accidents du travail et maladies professionnelles ;

3º Vieillesse et veuvage ;

4º Famille.

L'équilibre financier de chaque branche est assuré par la caisse chargée de la gérer.

Les branches visées au 1º et au 2º sont gérées par la Caisse nationale de l'assurance maladie des travailleurs salariés, celle visée au 3º par la Caisse nationale d'assurance vieillesse des travailleurs salariés et celle visée au 4º par la Caisse nationale des allocations familiales.

Les ressources du régime général sont collectées et centralisées par les organismes chargés du recouvrement.

L'Union des caisses nationales de sécurité sociale exerce pour le compte de ces caisses et de l'Agence centrale des organismes de sécurité sociale des tâches qui leur sont communes.

La gestion commune de trésorerie des différentes branches relevant des caisses nationales du régime général définie par l'article L. 225-1 ne fait pas obstacle à l'obligation prévue au sixième alinéa.

  

-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-

CODE DE LA SECURITE SOCIALE

(Partie Législative)

Section 5 : Taux et montant de la pension

 

Article L351-9

Lorsque le montant de la pension est inférieur à un minimum, un versement forfaitaire unique est substitué à la pension, dans les conditions fixées par décret en Conseil d'Etat.

   

-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-

 

CODE DE LA SECURITE SOCIALE

 (Partie Législative)

 Section 6 : Majorations pour enfants - Majorations pour conjoint à charge - Autres majorations

   

Article L351-12

 (Loi nº 98-1194 du 23 décembre 1998 art. 38 IV Journal Officiel du 27 décembre 1998)

 La pension prévue aux articles L. 351-1 et L. 351-8 est assortie d'une majoration pour tout assuré de l'un ou l'autre sexe ayant eu un nombre minimum d'enfants.

 Ouvrent également droit à cette majoration les enfants élevés dans les conditions prévues au deuxième alinéa de l'article L. 342-4.

 Cette majoration est incluse dans les avantages personnels de vieillesse dont le cumul avec une pension de réversion est comparé aux limites prévues au dernier alinéa de l'article L. 353-1.

 Nota - Code de la sécurité sociale L357-3 : dispositions applicables aux pensions de vieillesse dans le Haut-Rhin, le Bas-Rhin et la Moselle.

 Nota : Loi 2003-775 2003-08-21 art. 31 VI : le troisième alinéa de l'article L351-12 cesse d'être applicable aux pensions prenant effet postérieurement à l'entrée en vigueur de la présente loi.

     

-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-

  

CODE DE LA SECURITE SOCIALE

 (Partie Législative)

 Section 5 : Taux et montant de la pension

  

Article L351-11

 (Loi nº 93-936 du 22 juillet 1993 art. 4 I Journal Officiel du 23 juillet 1993 en vigueur le 1er janvier 1994)

 (Loi nº 98-1194 du 23 décembre 1998 art. 37 I Journal Officiel du 27 décembre 1998)

 (Loi nº 99-1140 du 29 décembre 1999 art. 17 Journal Officiel du 30 décembre 1999)

 (Loi nº 2000-1257 du 23 décembre 2000 art. 25 Journal Officiel du 24 décembre 2000)

 (Loi nº 2001-1246 du 21 décembre 2001 art. 62 Journal Officiel du 26 décembre 2001)

 (Loi nº 2002-1487 du 20 décembre 2002 art. 61 Journal Officiel du 24 décembre 2002)

 (Loi nº 2003-775 du 21 août 2003 art. 27 II Journal Officiel du 22 août 2003 en vigueur le 1er janvier 2004)

 Les cotisations et salaires servant de base au calcul des pensions sont revalorisés chaque année par application du coefficient annuel de revalorisation mentionné à l'article L. 161-23-1.

  

-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-

  

CODE DE LA SECURITE SOCIALE

 (Partie Législative)

 Chapitre 5 : Dispositions communes avec l'invalidité

  

Article L355-1

 Une majoration pour aide constante d'une tierce personne est accordée aux titulaires de pensions d'invalidité qui remplissent les conditions prévues au 3º de l'article L. 341-4, et aux titulaires de pensions de vieillesse substituées à des pensions d'invalidité qui viendraient à remplir ces conditions postérieurement à l'âge auquel s'ouvre le droit à pension de vieillesse et antérieurement à un âge plus élevé.

 Peuvent, en outre, obtenir cette majoration les titulaires d'une pension de vieillesse révisée pour inaptitude au travail et les titulaires d'une pension de vieillesse attribuée pour inaptitude au travail en application de l'article L. 351-8, lorsqu'ils remplissent soit au moment de la liquidation de leur droit, soit postérieurement mais avant le plus élevé des âges mentionnés au précédent alinéa, les conditions d'invalidité prévues au 3º de l'article L. 341-4.

 *Nota - Code de la sécurité sociale L357-6 : dispositions applicables aux pensions d'invalidité dans le Haut-Rhin, le Bas-Rhin et la Moselle, L357-7 : extension.*

 

Article L355-2

 (Loi nº 98-657 du 29 juillet 1998 art. 130 II Journal Officiel du 31 juillet 1998)

 (Loi nº 2003-775 du 21 août 2003 art. 39 Journal Officiel du 22 août 2003)

 Les pensions et rentes prévues au titre IV et aux chapitres 1 à 4 du titre V du présent livre sont cessibles et saisissables dans les mêmes conditions et limites que les salaires. Toutefois, elles le sont dans la limite de 90 p. 100 au profit des établissements hospitaliers et des caisses de sécurité sociale pour le paiement des frais d'hospitalisation.

 Le montant de la saisie sur rappel de pensions et rentes s'apprécie en rapportant la quotité saisissable au montant dû par échéance mensuelle ou trimestrielle quelle que soit la période de validité à laquelle se rapporte le rappel.

 L'application des dispositions du présent article ne peut avoir pour effet de réduire les arrérages de la pension d'invalidité servie pour un trimestre à un montant inférieur au quart du taux minimum fixé à l'article L. 341-5.

 Par dérogation aux dispositions du premier alinéa, la saisie peut s'élever à la totalité de la pension ou de la rente, réserve faite d'une somme d'un montant égal au tiers du minimum prévu au premier alinéa de l'article L. 351-10, lorsque cette saisie a pour objet d'exécuter les condamnations à des réparations civiles ou aux frais dus à la victime au titre de l'article 375 du code de procédure pénale et que ces condamnations ont été prononcées à l'encontre d'une personne qui a été jugée coupable de crime ou de complicité de crime contre l'humanité.

   

Article L355-3

 (Décret nº 86-658 du 18 mars 1986 art. 31 Journal Officiel du 20 mars 1986)

 Toute demande de remboursement de trop-perçu en matière de prestations de vieillesse et d'invalidité est prescrite par un délai de deux ans à compter du paiement desdites prestations dans les mains du bénéficiaire.

 En cas d'erreur de l'organisme débiteur de la prestation aucun remboursement de trop-perçu des prestations de retraite ou d'invalidité n'est réclamé à un assujetti de bonne foi lorsque les ressources du bénéficiaire sont inférieures au chiffre limite fixé pour l'attribution, selon le cas, à une personne seule ou à un ménage, de l'allocation aux vieux travailleurs salariés.

 Lorsque les ressources de l'intéressé sont comprises entre ce plafond et le double de ce plafond, le remboursement ne peut pas être effectué d'office par prélèvement sur les prestations. Le cas et la situation de l'assujetti sont alors soumis à la commission de recours amiable qui accordera éventuellement la remise totale ou partielle de la dette et déterminera, le cas échéant, l'échelonnement de ce remboursement.

 *Nota : Code de la sécurité sociale L161-26 : champ d'application de l'article L355-3, L623-1 : dispositions applicables à l'assurance vieillesse des non-salariés non-agricoles.

 Code de la sécurité sociale L721-8 : dispositions applicables à l'assurance vieillesse des ministres des cultes et membres des congrégations et collectivités religieuses, L721-14 : ainsi qu'à leur assurance invalidité.

 Code de la sécurité sociale D644-1 : dispositions applicables à l'assurance vieillesse des non-salariés des professions libérales ainsi qu'aux assurances vieillesse complémentaires et invalidité.* Nota : Ordonnance 2002-411 2002-03-27 art. 20 : dispositions applicables à Mayotte.

 

-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-

  

CODE DE LA SECURITE SOCIALE

 (Partie Législative)

 Section 3 : Pension de veuve et de veuf

  

Article L357-9

 Les pensions de veuves et de veufs dues au titre du code local des assurances sociales et celles dues au titre de la loi du 20 décembre 1911, sont égales à une fraction de la pension dont le "de cujus" bénéficiait ou eût bénéficié, sous réserve, dans ce dernier cas, de l'accomplissement de la période de stage exigée pour la pension à prendre en considération.

 Le pourcentage de pension attribuée dans les conditions définies à l'alinéa ci-dessus est plus élevé pour les bénéficiaires du code local des assurances sociales que pour ceux de la loi du 20 décembre 1911.

  

Article L357-10

 La pension de veuve ou de veuf, prévue à l'article L. 357-9 ne peut être inférieure au montant minimum fixé en application du deuxième alinéa de l'article L. 353-1.

 La pension de veuve ou de veuf quelle qu'en soit la date d'entrée en jouissance, est majorée lorsque le titulaire remplit les conditions fixées à l'article L. 351-12. Cette majoration est, le cas échéant, calculée sur le montant de la pension portée au minimum ci-dessus défini.

 Les dispositions du présent article ne s'appliquent pas aux veufs ou veuves qui bénéficient d'une pension de veuf ou de veuve attribuée sans justification d'invalidité. Ils ont droit aux avantages susvisés lorsqu'ils atteignent l'âge fixé en application du premier alinéa de l'article L. 357-2, ou un âge moins élevé en cas d'inaptitude au travail.

     

-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-

 CODE DE LA SECURITE SOCIALE

 (Partie Législative)

 Chapitre 5 : Dispositions particulières aux départements du Haut-Rhin, du Bas-Rhin et de la Moselle

  

Article L325-1

 (Loi nº 98-278 du 14 avril 1998 art. 4 Journal Officiel du 16 avril 1998)

 (Loi nº 2002-73 du 17 janvier 2002 art. 36 III, IV, V Journal Officiel du 18 janvier 2002)

 (Loi nº 2004-810 du 13 août 2004 art. 20 III Journal Officiel du 17 août 2004)

 I. - Le régime local d'assurance maladie complémentaire obligatoire des départements du Haut-Rhin, du Bas-Rhin et de la Moselle assure à ses bénéficiaires des prestations servies en complément de celles du régime général des salariés prévues aux 1º, 2º, 4º et 7º de l'article L. 321-1, pour couvrir tout ou partie de la participation laissée à la charge de l'assuré en application de l'article L. 322-2 à l'exception de celle mentionnée au II de cet article. Il peut prendre en charge tout ou partie du forfait journalier institué à l'article L. 174-4. Ces prestations sont déterminées par le conseil d'administration de l'instance de gestion du régime local dans des conditions définies par décret.

 II. - Le régime local est applicable aux catégories d'assurés sociaux du régime général des salariés mentionnés ci-après :

 1º Salariés d'une entreprise ayant son siège social dans le département du Haut-Rhin, du Bas-Rhin et de la Moselle, quel que soit leur lieu de travail en France métropolitaine ou dans les départements d'outre-mer, et salariés travaillant dans l'un de ces trois départements pour une entreprise ayant son siège hors de ces départements ;

 2º Maîtres contractuels et agréés des établissements d'enseignement privé sous contrat, agents non titulaires de l'Etat et de ses établissements publics administratifs, agents contractuels de La Poste et de France Télécom, agents non titulaires des collectivités territoriales et des établissements visés à l'article 2 de la loi nº 86-33 du 9 janvier 1986 portant dispositions statutaires relatives à la fonction publique hospitalière, qui exercent leur activité dans les départements du Haut-Rhin, du Bas-Rhin ou de la Moselle ;

 3º Salariés du Port autonome de Strasbourg ;

 4º Personnes visées aux articles L. 161-1, L. 161-8 et L. 161-9, quel que soit leur lieu de résidence en France métropolitaine ou dans les départements d'outre-mer, qui ont été bénéficiaires du régime local en qualité d'assurés ou d'ayants droit du régime général et qui continuent à en bénéficier pendant la durée du maintien de droit au régime général ;

 5º Titulaires de revenus de remplacement, indemnités et allocations de chômage mentionnés à l'article L. 311-5, quel que soit leur lieu de résidence en France métropolitaine ou dans les départements d'outre-mer, qui soit ont bénéficié du régime local en qualité de salariés, soit ont rempli, en qualité de travailleurs frontaliers selon le règlement (CEE) nº 1408/71 du Conseil, du 14 juin 1971, relatif à l'application des régimes de sécurité sociale aux travailleurs salariés, aux travailleurs non salariés et aux membres de leur famille qui se déplacent à l'intérieur de la Communauté, les conditions pour bénéficier du régime local d'assurance maladie au moment de leur inscription aux associations pour l'emploi dans l'industrie et le commerce ;

 6º Titulaires d'allocations de préretraite en application d'accords d'entreprise et titulaires d'un revenu de remplacement au titre d'un congé de fin d'activité, quel que soit leur lieu de résidence en France métropolitaine ou dans les départements d'outre-mer, qui bénéficiaient du régime local en qualité de salariés au moment de leur mise en préretraite ou en fin d'activité ;

 7º Titulaires d'une pension d'invalidité ou d'une pension de réversion mentionnés aux articles L. 341-1 et L. 342-1, quel que soit leur lieu de résidence en France métropolitaine ou dans les départements d'outre-mer, qui ont, préalablement à leur mise en invalidité, bénéficié du régime local en qualité de salariés ou d'ayants droit, ainsi que les titulaires d'une rente d'accident du travail ou d'une pension de réversion mentionnés aux articles L. 371-1 et L. 371-2, quel que soit leur lieu de résidence en France métropolitaine ou dans les départements d'outre-mer, qui ont, préalablement à la perception de cette rente ou pension d'invalidité, bénéficié du régime local en qualité de salariés ou d'ayants droit ;

 8º Titulaires d'un avantage de vieillesse qui résident dans les départements du Haut-Rhin, du Bas-Rhin ou de la Moselle et qui bénéficient du régime local d'assurance maladie au 1er juillet 1998 ;

 9º Titulaires d'un avantage de vieillesse, quel que soit leur lieu de résidence en France métropolitaine ou dans les départements d'outre-mer, qui ont relevé du régime local d'assurance maladie soit pendant les cinq années précédant leur départ en retraite ou leur cessation d'activité, soit pendant dix années durant les quinze précédant ce départ en retraite ou cette cessation d'activité, sous réserve qu'ils justifient de la plus longue durée d'affiliation au régime général d'assurance vieillesse ou au régime défini au 2º de l'article L. 181-1 ;

 10º Titulaires d'un avantage de vieillesse ne remplissant pas les conditions fixées à l'alinéa précédent, quel que soit leur lieu de résidence en France métropolitaine ou dans les départements d'outre-mer, qui ont relevé du régime local d'assurance maladie pendant au moins soixante trimestres d'assurance au sens de la législation applicable au régime général d'assurance vieillesse et qui en demandent le bénéfice dans un délai et selon des modalités déterminés par décret, sous réserve qu'ils justifient de la plus longue durée d'affiliation au régime général d'assurance vieillesse ou au régime défini au 2º de l'article L. 181-1 ;

 11º Titulaires d'un avantage de vieillesse au titre d'une législation française ou au titre d'une législation française et d'une législation d'un ou plusieurs autres Etats membres de l'Union européenne ou parties à l'accord sur l'Espace économique européen, quel que soit leur lieu de résidence en France métropolitaine ou dans les départements d'outre-mer, qui ont bénéficié, en qualité de travailleur frontalier selon le règlement (CEE) nº 1408/71 du Conseil du 14 juin 1971 précité, de prestations équivalentes à celles servies par le régime général et le régime local d'assurance maladie soit pendant les cinq années précédant leur départ en retraite ou leur cessation d'activité, soit pendant dix années durant les quinze précédant ce départ en retraite ou cette cessation d'activité, sous réserve qu'ils justifient de la plus longue durée d'affiliation à un régime obligatoire d'assurance vieillesse des travailleurs salariés en tenant compte des périodes d'assurance au titre des législations des autres Etats membres de l'Union européenne ou parties à l'accord sur l'Espace économique européen.

 Les dispositions des 9º et 10º sont applicables dans les mêmes conditions aux retraités anciens salariés du Port autonome de Strasbourg mentionnés au 3º.

 Le régime local est également applicable aux ayants droit, tels que définis aux articles L. 161-14 et L. 313-3, des assurés sociaux énumérés ci-dessus.

 III. - Par dérogation aux dispositions de l'article L. 161-6, le bénéfice du régime local d'assurance maladie est subordonné aux conditions spécifiques d'ouverture des droits déterminées au II du présent article.

 Nota : Loi 2002-73 2002-01-17 art. 36 VII : Les titulaires d'un avantage de vieillesse mentionnés aux 9º, 10º et 11º du II de l'article L. 325-1 du code de la sécurité sociale, ne bénéficiant pas du régime local d'assurance maladie à la date de publication de la présente loi, ne peuvent en bénéficier que s'ils en font la demande dans un délai et selon des modalités déterminés par décret.

 Les titulaires d'un avantage de vieillesse à compter de la date de publication de la présente loi bénéficient du régime local dans les conditions fixées par les 9º, 10º et 11º du II de l'article L. 325-1 du même code.

     

-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-

  CODE DE LA SECURITE SOCIALE

 (Partie Législative)

 Chapitre 3 : Droit aux prestations (maladie, maternité, invalidité, décès)

   

Article L313-3

 Par membre de la famille , on entend :

 1º) le conjoint de l'assuré.

 Toutefois, le conjoint de l'assuré obligatoire ne peut prétendre aux prestations prévues aux articles L. 321-1 et L. 322-6 lorsqu'il bénéficie d'un régime obligatoire de sécurité sociale, lorsqu'il exerce, pour le compte de l'assuré ou d'un tiers personnellement, une activité professionnelle ne motivant pas son affiliation à un tel régime pour le risque maladie, lorsqu'il est inscrit au registre des métiers ou du commerce ou lorsqu'il exerce une profession libérale ;

 2º) jusqu'à un âge limite, les enfants non-salariés, à la charge de l'assuré ou de son conjoint, qu'ils soient légitimes, naturels, reconnus ou non, adoptifs, pupilles de la nation dont l'assuré est tuteur, ou enfants recueillis ;

 3º) jusqu'à des âges limites et dans les conditions déterminées par décret en Conseil d'Etat :

 a) les enfants placés en apprentissage dans les conditions déterminées par le code du travail ;

 b) les enfants qui poursuivent leurs études ;

 c) les enfants qui, par suite d'infirmités ou de maladies chroniques, sont dans l'impossiblité permanente de se livrer à un travail salarié ;

 4º) l'ascendant, le descendant, le collatéral jusqu'au 3ème degré ou l'allié au même degré de l'assuré social, qui vit sous le toit de celui-ci et qui se consacre exclusivement aux travaux du ménage et à l'éducation d'enfants à la charge de l'assuré ; le nombre et la limite d'âge des enfants sont fixés par décret en Conseil d'Etat.

        

-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-

 

CODE DE LA SECURITE SOCIALE

(Partie Législative)

Chapitre 1er : Dispositions institutionnelles

 

Article L621-3

Une organisation autonome d'assurance vieillesse est instituée pour chacun des groupes de professions ci-après :

1º) professions artisanales ;

2º) professions industrielles et commerciales ;

3º) professions libérales ;

4º) professions agricoles.

Toutefois, sur proposition des organisations intéressées, des décrets en Conseil d'Etat pourront décider la fusion de plusieurs d'entre elles.

 

-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-

 

 CODE DE LA SECURITE SOCIALE

 (Partie Législative)

 Sous-section 1 : Détermination du droit à l'A.V.T.S, au secours viager et aux avantages complémentaires

  

Article L811-12

 (Loi nº 90-590 du 6 juillet 1990 art. 3 I Journal Officiel du 11 juillet 1990)

 (Loi nº 91-1406 du 31 décembre 1991 art. 1 I Journal Officiel du 4 janvier 1992)

 (Loi nº 98-657 du 29 juillet 1998 art. 53 I Journal Officiel du 31 juillet 1998)

 (Loi nº 99-641 du 27 juillet 1999 art. 20 I Journal Officiel du 28 juillet 1999 en vigueur le 1er janvier 2000)

 (Loi nº 2000-614 du 5 juillet 2000 art. 5 I Journal Officiel du 6 juillet 2000)

 (Abrogé par Ordonnance nº 2004-605 du 24 juin 2004 art. 3 I Journal Officiel du 26 juin 2004 en vigueur le 1er janvier 2006)

 Les dispositions de l'article L. 353-2 sont applicables aux conjoints des titulaires de l'allocation aux vieux travailleurs salariés.

 Nota : Ordonnance 2004-605 2004-06-24 art. 3 I : les dispositions du présent article sont abrogées sous réserve des dispositions de l'article 2 de l'ordonnance 2004-605.

   

   -*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-

  CODE DE LA SECURITE SOCIALE

(Partie Réglementaire - Décrets en Conseil d'Etat)

Sous-section 1 : Dispositions générales

 

Article R173-4-1

(inséré par Décret nº 97-1001 du 27 octobre 1997 art. 1 Journal Officiel du 1er novembre 1997)

Lorsqu'un assuré relève ou a relevé successivement, alternativement ou simultanément du régime général de sécurité sociale, des régimes de salariés et d'exploitants agricoles et des régimes d'assurance vieillesse des professions artisanales, industrielles et commerciales, la demande de liquidation des droits à pension, directs ou dérivés, est adressée, au moyen d'un imprimé unique conforme à un modèle fixé par arrêté des ministres chargés de la sécurité sociale, du budget et de l'agriculture, à l'un des régimes précités, dit régime d'accueil, au choix de l'intéressé.

Au sein du régime d'accueil, la caisse chargée de la réception de la demande unique de retraite et du contrôle de sa recevabilité est la caisse compétente en vertu des règles propres à chaque régime.

L'imprimé de demande unique de retraite mentionné au premier alinéa doit être disponible dans toutes les caisses des régimes concernés, accompagné d'une notice précisant les règles de compétence mentionnées au deuxième alinéa.

Le régime d'accueil est tenu de communiquer aux autres régimes, dits régimes-partenaires, les copies de l'imprimé unique et, le cas échéant, des pièces justificatives nécessaires à la liquidation des droits qui leur incombe.

  

-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-

 

CODE DE LA SECURITE SOCIALE

(Partie Réglementaire - Décrets en Conseil d'Etat)

Chapitre 3 : Droit aux prestations (maladie, maternité, congé de paternité, invalidité, décès)

  

Article R313-12

(Décret nº 86-839 du 16 juillet 1986 art. 15 Journal Officiel du 17 juillet 1986)

(Décret nº 2001-1342 du 28 décembre 2001 art. 1 Journal Officiel du 30 décembre 2001)

La limite d'âge prévue au 2º de l'article L. 313-3 est fixée à seize ans.

La limite d'âge prévue au 3º de l'article L. 313-3 est fixée à dix-huit ans pour les enfants placés en apprentissage dans les conditions déterminées par les articles L. 117-1 à L. 119-5 du code du travail et L. 900-1 et suivants du même code.

La limite d'âge est fixée à vingt ans pour les enfants qui poursuivent leurs études et pour ceux qui sont, par suite d'infirmités ou de maladies chroniques, dans l'impossibilité permanente de se livrer à un travail salarié.

Pour les enfants ayant dû interrompre leurs études pour cause de maladie, la limite d'âge peut être reculée dans les conditions fixées du troisième au sixième alinéa de l'article R. 313-14.

  

-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-

  

CODE DE LA SECURITE SOCIALE

(Partie Réglementaire - Décrets en Conseil d'Etat)

  Section 3 : Pension pour inaptitude au travail

  

Article R351-22

 (Décret nº 2001-532 du 20 juin 2001 art. 42 Journal Officiel du 22 juin 2001)

 L'inaptitude au travail définie par l'article L. 351-7 est appréciée par la caisse chargée de la liquidation des droits à prestations de vieillesse.

A l'appui de la demande de prestation formulée par l'assuré au titre de l'inaptitude au travail, sont produits :

1º) un rapport médical, dont le modèle est fixé par arrêté du ministre chargé de la sécurité sociale, sur lequel le médecin traitant mentionne ses constatations relatives à l'état de santé du requérant ainsi que son avis sur le degré d'incapacité de travail de celui-ci, compte tenu de ses aptitudes physiques et mentales à l'exercice d'une activité professionnelle.

Le rapport du médecin traitant est accompagné des renseignements fournis par l'intéressé à l'appui de sa demande, et notamment des indications relatives aux diverses activités exercées par lui dans le passé et à sa situation pendant la période de guerre.

Ce rapport doit être placé sous enveloppe fermée portant le mot "confidentiel", précisant les références nécessaires à l'identification de la demande et mentionnant qu'elle est destinée au médecin conseil chargé du contrôle médical de la caisse intéressée. Elle sera adressée aux services administratifs de la caisse et transmise fermée au médecin conseil ;

2º) pour ceux des requérants qui relèvent de la médecine du travail, une fiche établie par le médecin du travail compétent en raison du contrat de travail liant le requérant à son entreprise et dont le modèle est fixé par arrêté conjoint du ministre chargé de la sécurité sociale et du ministre chargé du travail. Cette fiche comporte, en vue de l'appréciation de la première condition prévue à l'article L. 351-7, la description de l'état pathologique du requérant en tant qu'il a une incidence sur son aptitude au travail et la mention de celles des exigences particulières du poste et des conditions de travail de l'intéressé qui sont de nature à comporter un risque grave pour sa santé.

Ce document doit être placé sous enveloppe fermée portant le mot "confidentiel", précisant les références nécessaires à l'identification de la demande et mentionnant qu'elle est destinée au médecin conseil chargé du contrôle médical de la caisse intéressée. Elle sera adressée aux services administratifs de la caisse et transmise fermée au médecin conseil.

Dans le cas où cette pièce n'est pas parvenue au médecin conseil dans le délai d'un mois suivant la date à laquelle le médecin du travail a été saisi, il est procédé à l'examen de la demande compte tenu des autres éléments d'appréciation figurant au dossier.

Le silence gardé pendant plus de quatre mois sur la demande de liquidation ou de révision d'une pension de retraite subordonnée à l'appréciation de l'état de santé de l'intéressé pour inaptitude au travail et de ses accessoires vaut décision de rejet.

 *Nota - Code de la sécurité sociale D634-1 : dispositions applicables à l'assurance vieillesse des non-salariés des professions artisanales, industrielles et commerciales.*

  

-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-

  

CODE DE LA SECURITE SOCIALE

(Partie Réglementaire - Décrets en Conseil d'Etat)

 Section 5 : Taux et montant de la pension

  

Article R351-29

 (Décret nº 87-671 du 14 août 1987 art. 4 Journal Officiel du 15 aôut 1987)

 (Décret nº 88-679 du 6 mai 1988 art. 2 II Journal Officiel du 8 mai 1988)

 (Décret nº 93-1022 du 27 août 1993 art. 6 Journal Officiel du 28 août 1993)

 (Décret nº 2004-144 du 13 février 2004 art. 6 I 1º Journal Officiel du 15 février 2004)

 Pour l'application de l'article L. 351-1, et sous réserve des dispositions des articles R. 173-4-3 et R. 351-29-1 le salaire servant de base au calcul de la pension est le salaire annuel moyen correspondant aux cotisations permettant la validation d'au moins un trimestre d'assurance selon les règles définies par l'article R. 351-9 et versées au cours des vingt-cinq années civiles d'assurance accomplies postérieurement au 31 décembre 1947 dont la prise en considération est la plus avantageuse pour l'assuré.

Les salaires exonérés de cotisations entre le 1er avril et le 31 décembre 1987 en application de l'article L. 241-10 entrent en compte, s'il y a lieu, dans la détermination du salaire servant de base au calcul de la pension. Pour les salaires perçus postérieurement au 31 janvier 1991, le salaire servant de base au calcul de la pension est celui correspondant aux cotisations versées dans la limite du plafond mentionné au premier alinéa de l'article L. 241-3.

Lorsque l'assuré ne justifie pas de vingt-cinq années civiles d'assurance postérieurement au 31 décembre 1947, les années antérieures sont prises en considération en remontant à partir de cette date jusqu'à concurrence de vingt-cinq années pour la détermination du salaire de base.

Les salaires annuels pris en considération pour déterminer le salaire de base sont les salaires revalorisés par application des dispositions mentionnées à l'article L. 351-11.

Les arrêtés mentionnés à l'article L. 351-11 sont pris par le ministre chargé de la sécurité sociale et le ministre chargé du budget.

  

-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-

  

CODE DE LA SECURITE SOCIALE

(Partie Réglementaire - Décrets en Conseil d'Etat)

  Chapitre 3 : Dispositions communes à l'ensemble des régimes d'assurance vieillesse

  

Article R623-1

 (Décret nº 90-1061 du 26 novembre 1990 art. 6 Journal Officiel du 30 novembre 1990)

 Pour les professions non agricoles, sont applicables aux organismes et personnes entrant dans le champ d'application du présent titre et sous réserve des dispositions particulières dudit titre, les articles R. 244-4, R. 244-5, R. 244-7, et R. 256-1.

  

-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-

  

CODE DE LA SECURITE SOCIALE

(Partie Réglementaire - Décrets en Conseil d'Etat)

 Sous-section 1 : Dispositions générales

  

Article R753-24

 (Décret nº 93-1022 du 27 août 1993 art. 10 Journal Officiel du 28 août 1993)

 Pour l'application des premier, deuxième, troisième et quatrième alinéas de l'article L. 351-1 et sous réserve des dispositions de l'article R. 753-24-1, le salaire servant de base au calcul de la pension est le salaire annuel moyen correspondant aux cotisations versées au cours des vingt-cinq années civiles d'assurance accomplies postérieurement au 31 décembre 1947 dont la prise en considération est la plus avantageuse pour l'assuré.

Les salaires exonérés de cotisations entre le 1er avril et le 31 décembre 1987 en application de l'article L. 241-10 entrent en compte, s'il y a lieu, dans la détermination du salaire servant de base au calcul de la pension.

Pour les salaires perçus postérieurement au 31 janvier 1991, le salaire servant de base au calcul de la pension est celui correspondant aux cotisations versées dans la limite du plafond mentionné au premier alinéa de l'article L. 241-3.

  

-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-

  

CODE DE LA SECURITE SOCIALE

(Partie Réglementaire - Décrets en Conseil d'Etat)

 Sous-section 3 : Appréciation des ressources

    

Article R815-22

 (Décret nº 90-1243 du 31 décembre 1990 art. 1 I Journal Officiel du 1er janvier 1991)

 (Décret nº 93-336 du 12 mars 1993 art. 1 I Journal Officiel du 14 mars 1993)

 (Loi nº 93-936 du 22 juillet 1993 art. 12 Journal Officiel du 23 juillet 1993)

 (Décret nº 93-1354 du 30 décembre 1993 art. 2 I Journal Officiel du 31 décembre 1993 en vigueur le 1er janvier 1994)

 (Décret nº 99-467 du 4 juin 1999 art. 7 I Journal Officiel du 6 juin 1999)

 (Décret nº 99-1004 du 1 décembre 1999 art. 1 I Journal Officiel du 2 décembre 1999 en vigueur le 1er janvier 2000)

 (Décret nº 2001-568 du 29 juin 2001 art. 1 Journal Officiel du 1er juillet 2001)

 Les personnes qui sollicitent le bénéfice de l'allocation supplémentaire sont tenues de faire connaître à l'organisme ou au service chargé de la liquidation le montant des ressources dont elles disposent .

  

Article R815-23

 (Décret nº 90-1243 du 31 décembre 1990 art. 1 I Journal Officiel du 1er janvier 1991)

 (Décret nº 93-336 du 12 mars 1993 art. 1 I Journal Officiel du 14 mars 1993)

 (Loi nº 93-936 du 22 juillet 1993 art. 12 Journal Officiel du 23 juillet 1993)

 (Décret nº 93-1354 du 30 décembre 1993 art. 2 I Journal Officiel du 31 décembre 1993 en vigueur le 1er janvier 1994)

 (Décret nº 99-467 du 4 juin 1999 art. 7 I Journal Officiel du 6 juin 1999)

 (Décret nº 99-1004 du 1 décembre 1999 art. 1 I Journal Officiel du 2 décembre 1999 en vigueur le 1er janvier 2000)

 (Décret nº 2001-568 du 29 juin 2001 art. 1 Journal Officiel du 1er juillet 2001)

 L'organisme ou service liquidateur procède, s'il y a lieu, à toutes enquêtes ou recherches nécessaires et demande tous éclaircissements qu'il juge utiles.

  

Article R815-24

 (Décret nº 90-1243 du 31 décembre 1990 art. 1 I Journal Officiel du 1er janvier 1991)

 (Décret nº 93-336 du 12 mars 1993 art. 1 I Journal Officiel du 14 mars 1993)

 (Loi nº 93-936 du 22 juillet 1993 art. 12 Journal Officiel du 23 juillet 1993)

 (Décret nº 93-1354 du 30 décembre 1993 art. 2 I Journal Officiel du 31 décembre 1993 en vigueur le 1er janvier 1994)

 (Décret nº 99-467 du 4 juin 1999 art. 7 I Journal Officiel du 6 juin 1999)

 (Décret nº 99-1004 du 1 décembre 1999 art. 1 I Journal Officiel du 2 décembre 1999 en vigueur le 1er janvier 2000)

 (Décret nº 2001-568 du 29 juin 2001 art. 1 Journal Officiel du 1er juillet 2001)

 Les organismes ou services mentionnés à l'article L. 815-9 peuvent mettre en demeure, sous les sanctions prévues à l'article R. 815-50, toute personne, institution ou entreprise, de leur faire connaître dans un délai d'un mois le montant des pensions, retraites, rentes viagères ou allocations viagères autres que les avantages de vieillesse mentionnés à l'article L. 815-2 tels qu'ils sont définis à l'article R. 815-3, qu'elles sont tenues de servir à une personne bénéficiant ou ayant demandé le bénéfice de l'allocation supplémentaire.

Les institutions de prévoyance mentionnées à l'article L. 731-1 doivent, lors de la liquidation d'une retraite complémentaire au profit d'un assuré social affilié au régime général, déclarer à la caisse nationale d'assurance vieillesse ou à la caisse régionale d'assurance vieillesse des travailleurs salariés de Strasbourg le montant annuel de cette retraite et sa date d'effet.

Les institutions de prévoyance mentionnées à l'article 1050 du code rural doivent, lors de la liquidation d'une retraite complémentaire au profit d'un assuré social affilié au régime agricole, déclarer à la caisse centrale de secours mutuels agricoles le montant annuel de cette retraite et sa date d'effet.

  

Article R815-25

 (Décret nº 90-1243 du 31 décembre 1990 art. 1 I Journal Officiel du 1er janvier 1991)

 (Décret nº 93-336 du 12 mars 1993 art. 1 I Journal Officiel du 14 mars 1993)

 (Loi nº 93-936 du 22 juillet 1993 art. 12 Journal Officiel du 23 juillet 1993)

 (Décret nº 93-1354 du 30 décembre 1993 art. 2 I Journal Officiel du 31 décembre 1993 en vigueur le 1er janvier 1994)

 (Décret nº 99-467 du 4 juin 1999 art. 7 I Journal Officiel du 6 juin 1999)

 (Décret nº 99-1004 du 1 décembre 1999 art. 1 I Journal Officiel du 2 décembre 1999 en vigueur le 1er janvier 2000)

 (Décret nº 2000-840 du 30 août 2000 art. 1 Journal Officiel du 2 septembre 2000)

 (Décret nº 2001-568 du 29 juin 2001 art. 1 Journal Officiel du 1er juillet 2001)

 Il est tenu compte, pour l'appréciation des ressources, de tous avantages d'invalidité et de vieillesse dont bénéficient les intéressés, des revenus professionnels et autres y compris ceux des biens mobiliers et immobiliers et des biens dont l'intéressé a fait donation au cours des dix années qui ont précédé la demande .

Toutefois, et indépendamment des ressources exclues par des dispositions particulières, il n'est pas tenu compte dans l'estimation des ressources :

1º) de la valeur des locaux d'habitation effectivement occupés à titre de résidence principale par l'intéressé et les membres de sa famille vivant à son foyer ;

2º) de la valeur des bâtiments de l'exploitation agricole ;

3º) des prestations familiales ;

4º) de l'indemnité de soins aux tuberculeux prévue par l'article L. 41 du code des pensions militaires d'invalidité et des victimes de la guerre ;

5º) de la majoration spéciale prévue par l'article L. 52-2 dudit code ;

6º) des majorations accordées aux personnes dont l'état de santé nécessite l'aide constante d'une tierce personne ; ne sont considérées comme telles que les majorations allouées à ce titre en vertu de l'article L. 18 du code des pensions militaires d'invalidité et des victimes de la guerre ou en vertu des législations des accidents du travail, des assurances sociales et de l'aide sociale ;

7º) de l'allocation de compensation accordée aux aveugles et grands infirmes travailleurs et généralement des avantages en espèces dont l'intéressé bénéficie au titre de l'aide sociale ;

8º) de la retraite du combattant ;

9º) des pensions attachées aux distinctions honorifiques ;

10º) de l'allocation de logement prévue à l'article L. 831-1 ;

11º) de la rente viagère instituée par l'article 47 de la loi de finances rectificative pour 1999 (nº 99-1173 du 30 décembre 1999).

  

Article R815-26

 (Décret nº 90-1243 du 31 décembre 1990 art. 1 I Journal Officiel du 1er janvier 1991)

 (Décret nº 93-336 du 12 mars 1993 art. 1 I Journal Officiel du 14 mars 1993)

 (Loi nº 93-936 du 22 juillet 1993 art. 12 Journal Officiel du 23 juillet 1993)

 (Décret nº 93-1354 du 30 décembre 1993 art. 2 I Journal Officiel du 31 décembre 1993 en vigueur le 1er janvier 1994)

 (Décret nº 99-467 du 4 juin 1999 art. 7 I Journal Officiel du 6 juin 1999)

 (Décret nº 99-1004 du 1 décembre 1999 art. 1 I Journal Officiel du 2 décembre 1999 en vigueur le 1er janvier 2000)

 (Décret nº 2001-568 du 29 juin 2001 art. 1 Journal Officiel du 1er juillet 2001)

 Les avantages en nature dont jouissent, à quelque titre que ce soit, les bénéficiaires de l'allocation supplémentaire ou les postulants à cette allocation sont évalués forfaitairement à un montant égal à celui retenu pour l'évalution de ces mêmes avantages pour le calcul des cotisations du régime général de sécurité sociale.

Toutefois, lorsque des avantages en nature sont dus en vertu d'une disposition législative ou réglementaire et peuvent être remplacés par une indemnité compensatrice, les avantages en nature dont jouissent effectivement les intéressés sont évalués forfaitairement au montant de l'indemnité compensatrice afférente auxdits avantages.

Il n'est pas tenu compte des prestations en nature accordées au titre de l'aide sociale, de l'assurance maladie ou de l'assurance maternité, ni des dépenses de soins couvertes par la famille en cas de maladie de l'intéressé, de son conjoint ou de ses enfants à charge.

 *Nota - Code de la sécurité sociale D811-1 : dispositions applicables à l'allocation aux vieux travailleurs salariés.*

  

Article R815-27

 (Décret nº 90-1243 du 31 décembre 1990 art. 1 I Journal Officiel du 1er janvier 1991)

 (Décret nº 93-336 du 12 mars 1993 art. 1 I Journal Officiel du 14 mars 1993)

 (Loi nº 93-936 du 22 juillet 1993 art. 12 Journal Officiel du 23 juillet 1993)

 (Décret nº 93-1354 du 30 décembre 1993 art. 2 I Journal Officiel du 31 décembre 1993 en vigueur le 1er janvier 1994)

 (Décret nº 99-467 du 4 juin 1999 art. 7 I Journal Officiel du 6 juin 1999)

 (Décret nº 99-1004 du 1 décembre 1999 art. 1 I Journal Officiel du 2 décembre 1999 en vigueur le 1er janvier 2000)

 (Décret nº 2001-568 du 29 juin 2001 art. 1 Journal Officiel du 1er juillet 2001)

 Lorsqu'il s'agit de salaires ou de gains assimilés à des salaires par la législation de sécurité sociale, les revenus professionnels sont appréciés d'après les règles suivies pour le calcul des cotisations d'assurances sociales.

Lorsqu'il s'agit d'autre revenus professionnels, ceux-ci sont appréciés comme en matière fiscale en faisant abstraction de tous exonérations, abattements ou décotes et sans qu'il soit tenu compte de toute déduction ne correspondant pas à une charge réelle pour la période considérée.

 *Nota - Code de la sécurité sociale D811-1 : dispositions applicables à l'allocation aux vieux travailleurs salariés.*

  

Article R815-28

 (Décret nº 90-1243 du 31 décembre 1990 art. 1 I Journal Officiel du 1er janvier 1991)

 (Décret nº 93-336 du 12 mars 1993 art. 1 I Journal Officiel du 14 mars 1993)

 (Loi nº 93-936 du 22 juillet 1993 art. 12 Journal Officiel du 23 juillet 1993)

 (Décret nº 93-1354 du 30 décembre 1993 art. 2 I Journal Officiel du 31 décembre 1993 en vigueur le 1er janvier 1994)

 (Décret nº 99-467 du 4 juin 1999 art. 7 I Journal Officiel du 6 juin 1999)

 (Décret nº 99-1004 du 1 décembre 1999 art. 1 I Journal Officiel du 2 décembre 1999 en vigueur le 1er janvier 2000)

 (Décret nº 2001-568 du 29 juin 2001 art. 1 Journal Officiel du 1er juillet 2001)

 Sous réserve des dispositions des 1º et 2º du deuxième alinéa de l'article R. 815-25, les biens actuels mobiliers et immobiliers et ceux dont l'intéressé a fait donation à ses descendants au cours des cinq années précédant la demande sont censés procurer au requérant un revenu évalué à 3 p. 100 de leur valeur vénale fixée à la date de la demande, contradictoirement et, à défaut, à dire d'expert. Ce pourcentage est fixé à 1,5 p. 100 lorsque la donation est intervenue depuis plus de cinq ans mais moins de dix ans avant la demande.

Le requérant qui a fait donation de biens mobiliers ou immobiliers à d'autres personnes que ses descendants au cours des dix années précédant la demande est censé percevoir du donataire une rente viagère, calculée sur la valeur de ces biens à la date de la demande, admise par l'enregistrement, selon le tarif de la Caisse nationale de prévoyance en vigueur à cette date.

Le requérant qui a fait donation de biens mobiliers ou immobiliers à d'autres personnes que ses descendants au cours des dix années précédant la demande est censé percevoir du donataire une rente viagère, calculée sur la valeur de ces biens à la date de la demande, admise par l'enregistrement, selon le tarif de la Caisse nationale de prévoyance en vigueur à cette date.

 *Nota - Code de la sécurité sociale D811-1 : dispositions applicables à l'allocation aux vieux travailleurs salariés.*

  

-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-

  

CODE DE LA SECURITE SOCIALE

(Partie Réglementaire - Décrets en Conseil d'Etat)

 Sous-section 4 : Service de l'allocation

 

  Article R815-32

 (Décret nº 90-1243 du 31 décembre 1990 art. 1 I Journal Officiel du 1er janvier 1991)

 (Décret nº 93-336 du 12 mars 1993 art. 1 I Journal Officiel du 14 mars 1993)

 (Loi nº 93-936 du 22 juillet 1993 art. 12 Journal Officiel du 23 juillet 1993)

 (Décret nº 93-1354 du 30 décembre 1993 art. 2 I Journal Officiel du 31 décembre 1993 en vigueur le 1er janvier 1994)

 (Décret nº 99-467 du 4 juin 1999 art. 7 I Journal Officiel du 6 juin 1999)

 (Décret nº 99-1004 du 1 décembre 1999 art. 1 I Journal Officiel du 2 décembre 1999 en vigueur le 1er janvier 2000)

 (Décret nº 2001-568 du 29 juin 2001 art. 1 Journal Officiel du 1er juillet 2001)

 Les ressources à prendre en considération sont celles afférentes à la période de trois mois précédant la date d'entrée en jouissance de l'allocation supplémentaire. Le montant de ces ressources ne doit pas dépasser le quart des chiffres limite fixés par le décret prévu à l'article L. 815-8.

En ce qui concerne les avantages viagers, il est tenu compte du montant théorique des arrérages dus au cours desdits trois mois, abstraction faite des rappels effectivement payés au cours de ces trois mois.

Si le montant des ressources ainsi évaluées dépasse le quart des chiffres limite fixés par le décret prévu à l'article L. 815-8, l'allocation supplémentaire est néanmoins servie, lorsque l'intéressé justifie qu'au cours de la période de douze mois précédant la date d'entrée en jouissance le montant de ses ressources a été inférieur auxdits chiffres limite. Pour l'application du présent alinéa, le montant annuel des avantages viagers est déterminé d'après le taux en vigueur à la date d'entrée en jouissance.

S'il y a lieu, l'allocation est réduite dans les conditions prévues à l'article L. 815-8 et à l'article R. 815-31.

 *Nota - Code de la sécurité sociale D811-1 : dispositions applicables à l'allocation aux vieux travailleurs salariés.*

  

Article R815-40

  (Décret nº 90-1243 du 31 décembre 1990 art. 1 I Journal Officiel du 1er janvier 1991)

  (Décret nº 93-336 du 12 mars 1993 art. 1 I Journal Officiel du 14 mars 1993)

  (Loi nº 93-936 du 22 juillet 1993 art. 12 Journal Officiel du 23 juillet 1993)

  (Décret nº 93-1354 du 30 décembre 1993 art. 2 I Journal Officiel du 31 décembre 1993 en vigueur le 1er janvier 1994)

  (Décret nº 99-467 du 4 juin 1999 art. 7 I Journal Officiel du 6 juin 1999)

  (Décret nº 99-1004 du 1 décembre 1999 art. 1 I Journal Officiel du 2 décembre 1999 en vigueur le 1er janvier 2000)

  (Décret nº 2001-568 du 29 juin 2001 art. 1 Journal Officiel du 1er juillet 2001)

 Les bénéficiaires de l'allocation supplémentaire sont tenus de faire connaître à l'organisme ou service qui leur sert ladite allocation tous changements survenus dans leurs ressources.

En cas de variation dans le montant des ressources, la revision ou la suspension, ou le rétablissement de l'allocation supplémentaire prend effet à compter du premier jour du terme d'arrérages suivant la période de trois mois au cours de laquelle il a été constaté que les ressources sont devenues supérieures ou inférieures au quart des chiffres limite fixés par le décret prévu à l'article L. 815-8 .

En cas de modification du montant d'un avantage viager, il est fait état du nouveau montant, quelle que soit la date de sa mise en paiement, à compter du premier jour du terme d'arrérages suivant la date à laquelle la modification du montant de l'avantage viager aurait dû intervenir.

Pour l'application des dispositions qui précèdent, les ressources dont les échéances sont éloignées de plus d'un trimestre sont prises en considération pour la fraction de leur montant correspondant à un trimestre.

Lorsque l'intéressé justifie qu'au cours d'une période de douze mois précédant le premier jour d'un terme d'arrérages de l'allocation supplémentaire dont le service a été suspendu en application du présent article, le montant de ses ressources n'a pas atteint les chiffres limite, l'allocation supplémentaire peut être rétablie rétroactivement dans la mesure où la prise en considération des ressources pendant une période de douze mois aurait été plus favorable à l'intéressé. Pour l'application du présent alinéa, le montant annuel des avantages viagers est déterminé d'après le taux en vigueur à la date du rétablissement.

 *Nota - Code de la sécurité sociale D811-1 : dispositions applicables à l'allocation aux vieux travailleurs salariés.*

  

Article R815-41

 (Décret nº 90-1243 du 31 décembre 1990 art. 1 I Journal Officiel du 1er janvier 1991)

 (Décret nº 93-336 du 12 mars 1993 art. 1 I Journal Officiel du 14 mars 1993)

 (Loi nº 93-936 du 22 juillet 1993 art. 12 Journal Officiel du 23 juillet 1993)

 (Décret nº 93-1354 du 30 décembre 1993 art. 2 I Journal Officiel du 31 décembre 1993 en vigueur le 1er janvier 1994)

 (Décret nº 99-467 du 4 juin 1999 art. 7 I Journal Officiel du 6 juin 1999)

 (Décret nº 99-1004 du 1 décembre 1999 art. 1 I Journal Officiel du 2 décembre 1999 en vigueur le 1er janvier 2000)

 (Décret nº 2001-568 du 29 juin 2001 art. 1 Journal Officiel du 1er juillet 2001)

 Les organismes et services mentionnés à l'article L. 815-9 peuvent faire procéder, à toute époque, à toute vérification des ressources des requérants ou à tout contrôle des ressources des bénéficiaires de l'allocation supplémentaire par les soins d'agents agréés.

Les organismes et services mentionnés à l'article L. 815-9 susmentionné peuvent passer convention entre eux pour utiliser le concours de leurs agents agréés en vue d'exercer la vérification ou le contrôle des ressources des intéressés.

  

-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-

  

CODE DE LA SECURITE SOCIALE

(Partie Réglementaire - Décrets simples)

  Section 2 : Ouverture des droits et liquidation des pensions de retraite

  

Article D634-5

 (Décret nº 89-876 du 29 novembre 1989 art. 1 Journal Officiel du 5 décembre 1989 en vigueur le 1er janvier 1990)

 L'assuré âgé de plus de soixante-cinq ans, qui justifie, pour la période postérieure au 31 décembre 1972, de trimestres d'assurance dans le régime des professions artisanales ou dans celui des professions industrielles et commerciales bénéficie, en application de l'article L. 351-6, de la majoration de durée d'assurance prévue à l'article R. 351-7, sans que cette majoration puisse avoir pour effet de porter au-delà de 150 trimestres la durée totale des périodes d'assurance antérieures au 1er janvier 1973 et postérieures au 31 décembre 1972.

La majoration est applicable aux trimestres d'assurance postérieurs au 31 décembre 1972.

Le nombre total des trimestres d'assurance obtenus en application des deux alinéas précédents est éventuellement arrondi au chiffre immédiatement supérieur sans pouvoir excéder 150.

    

 

-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-

  

CODE RURAL

(Partie Législative)

  Sous-section 1 : Dispositions générales

  

Article L722-20

 (Loi nº 2001-1246 du 21 décembre 2001 art. 7 II, art. 9 II Journal Officiel du 26 décembre 2001)

 (Loi nº 2002-73 du 17 janvier 2002 art. 26 Journal Officiel du 18 janvier 2002)

 (Ordonnance nº 2003-1187 du 11 décembre 2003 art. 1 XVI Journal Officiel du 13 décembre 2003)

 Le régime de protection sociale des salariés des professions agricoles est applicable, dans les conditions fixées par les titres IV, V et VI du présent livre, aux personnes salariées et assimilées énumérées ci-dessous :

1º Salariés occupés aux activités ou dans les entreprises ou établissements définis à l'article L. 722-1, à l'exception de l'activité mentionnée au 5º dudit article ;

2º Gardes-chasse, gardes-pêche, gardes forestiers, jardiniers, jardiniers gardes de propriété et, de manière générale, toutes les personnes qui, n'ayant pas la qualité d'entrepreneur, sont occupées par des groupements et sociétés de toute nature ou des particuliers à la mise en état et à l'entretien des jardins ;

3º Employés de maison au service d'un exploitant agricole lorsqu'ils exercent habituellement leur activité sur le lieu de l'exploitation agricole ;

4º Métayers mentionnés à l'article L. 722-21 ;

5º Personnels enseignants des établissements d'enseignement et de formation professionnelle agricoles privés mentionnés à l'article L. 813-8 ;

6º Salariés des organismes de mutualité agricole, des caisses de crédit agricole mutuel, des chambres d'agriculture, du Centre national pour l'aménagement des structures des exploitations agricoles, des coopératives agricoles, des sociétés d'intérêt collectif agricole, des sociétés à caractère coopératif dites fruitières, des sociétés agricoles diverses, des syndicats agricoles, des associations syndicales de propriétaires dont l'objet est agricole et, d'une manière générale, de tout groupement professionnel agricole, ainsi que de toute société ou groupement créé après le 31 décembre 1988, dans leur champ d'activité, par les organismes précités, à condition que leur participation constitue plus de 50 % du capital, de même que les personnels non titulaires de l'établissement "Domaine de Pompadour" dont les contrats ont été transférés à l'Etablissement public Les Haras nationaux ;

7º Apprentis et, sous réserve des dispositions de l'article L. 962-4 du code du travail, stagiaires relevant du régime des assurances sociales agricoles occupés dans les exploitations, entreprises, organismes et groupements ci-dessus énumérés ;

8º Lorsque les sociétés dont ils sont les dirigeants relèvent des dispositions des 1º à 4º de l'article L. 722-1, présidents-directeurs généraux et directeurs généraux des sociétés anonymes, ainsi que gérants de sociétés à responsabilité limitée, à condition que lesdits gérants ne possèdent pas, ensemble, plus de la moitié du capital social, étant entendu que les parts appartenant, en toute propriété ou en usufruit, au conjoint et aux enfants mineurs non émancipés d'un gérant sont considérées comme possédées par ce dernier ;

9º Présidents et dirigeants des sociétés par actions simplifiées lorsque ces sociétés relèvent des 1º à 4º de l'article L. 722-1 ;

10º Dirigeants des associations ayant un objet agricole, remplissant les conditions prévues au deuxième alinéa du d du 1º du 7 de l'article 261 du code général des impôts ;

11º Administrateurs des groupements mutualistes relevant du 6º du présent article, dès lors qu'ils perçoivent une indemnité de fonction et ne relèvent pas, à titre obligatoire, d'un régime de sécurité sociale.

Les salariés et assimilés définis au présent article sont désignés dans les titres II à VI du présent livre par les termes salariés agricoles.

  

-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-

 

Mis à jour le : 03/10/2004